Comment mettre à profit votre expertise pendant la crise du coronavirus

Partagez votre expertise avec vos clients pendant la crise du coronavirus

Nous avons déjà partagé avec vous, sur notre blog, nos conseils pour travailler efficacement de chez vous, maintenir votre activité et même travailler à domicile en présence de vos enfants. Aujourd’hui, nous vous expliquons comment mettre à profit votre expertise professionnelle, notamment en luttant contre les rumeurs (particulièrement fréquentes en cette période anxiogène) et en communiquant à vos clients des données utiles et factuelles.

Pourquoi votre expertise est-elle particulièrement précieuse en ce moment ?

Depuis le début de la crise, les rumeurs concernant le coronavirus se répandent presque aussi vite que le virus lui-même, en particulier sur les réseaux sociaux. La plupart des personnes qui partagent ces fausses informations n’ont même pas conscience qu’elles ne sont pas correctes : en ces temps difficiles, il est particulièrement compliqué de faire la différence entre une information réelle et une rumeur. Ajoutez à cela des personnes mal intentionnées et des opportunistes qui veulent se faire de l’argent, et vous obtenez un véritable imbroglio ! 

 

En tant qu’expert, c’est là que vous entrez en scène : en communiquant des informations factuelles et de qualité, mais aussi en participant à des conversations en ligne, vous pouvez rétablir la vérité ! Utilisez votre connaissance du terrain pour expliquer ce qu’il se passe réellement et aider vos clients à faire face aux difficultés qu’ils rencontrent alors que bon nombre d’entre eux sont en télétravail. L’avantage, c’est que vous pouvez faire tout cela même si votre magasin est fermé.

Je ne suis ni médecin ni expert médical, de quoi vais-je pouvoir parler ?

Ce n’est pas parce que vous n’êtes pas un professionnel de santé que vous ne pouvez pas avoir des informations intéressantes à partager avec vos clients en ces temps de crise. 

 

Si vous êtes comptable par exemple, vous pourriez aider des PME à réduire leurs frais ou à solliciter les aides auxquelles elles ont droit. Si vous êtes instituteur, pourquoi ne pas partager des idées d’activité en intérieur pour soulager les parents ? Certains experts donnent même des conseils d’éclairage pour se mettre en valeur lors d’une réunion sur Zoom ou expliquent comment couper sa frange soi-même. 

 

J’ai récemment entendu à la radio l’interview d’un fabricant de papier toilette. Qui aurait cru que ses connaissances dans l’approvisionnement de ce type de produit intéresseraient autant les gens en dehors du secteur ? Aujourd’hui, plus rien ne nous surprend ! 

 

C’est pourquoi nous avons rassemblé ci-dessous quelques conseils pour mettre à profit votre précieuse expertise. 

Comment partager votre expertise et devenir un véritable chef de file

1. Concentrez-vous sur votre domaine d’expertise

Nous avons tous vu dernièrement des soi-disant « experts » sortir de nulle part pour donner leur avis sur la crise. Il est humain d’avoir une opinion, parfois bien tranchée, même sur des sujets que l’on ne maîtrise pas... 

 

Dans la situation actuelle, il est particulièrement important de n’intervenir que dans les domaines que l’on maîtrise. Avant toute publication, demandez-vous si elle s’appuie sur des statistiques ou données factuelles, et si vous pourrez fournir des preuves de ce que vous avancez à la demande. Vous garantirez ainsi la légitimité de vos interventions.

2. Intégrez des informations utiles à votre site web

C’est la période idéale pour mettre à jour votre site afin d’aider les personnes qui en ont besoin.

 

Rassemblez les questions que vous avez déjà reçues de vos clients dans une FAQ que vous intégrerez à votre site web. Il peut s’agir de questions propres à votre entreprise (êtes-vous toujours ouverts, quelles dispositions avez-vous mises en place pour faire face à la crise ?) ou d’ordre plus général concernant votre secteur d’activité. Cela pourra vous permettre de faire la lumière sur certaines rumeurs qui courent.   

 

Si vous tenez un restaurant qui propose un service à emporter, vous pouvez, par exemple, y indiquer les mesures que vous avez mises en place pour assurer la sécurité de vos collaborateurs. Si vous êtes professeur de yoga, coach ou thérapeute, pourquoi ne pas partager sur votre site des ressources pour lutter contre le stress ?

 

Si, contrairement aux nombreux internautes qui surfent sur cette vague, vous n’êtes pas un adepte des vidéos en ligne, rien ne vous empêche de rédiger des articles utiles. En fournissant des informations de qualité sur votre site, vous pourrez attirer l’attention des moteurs de recherche et donc des personnes qui recherchent des informations fiables.

3. Faites entendre votre voix

Pour cela, la solution la plus évidente est d’être actif sur les réseaux sociaux, ainsi que sur les forums et groupes de discussion en ligne. Utilisez un ton neutre et assuré : inutile de perdre votre temps à répondre à des commentaires provocateurs. Assurez-vous de fournir des réponses réellement utiles et de ne pas promouvoir trop directement votre activité. Si certaines personnes souhaitent en savoir plus sur vous, elles auront tout le loisir d’effectuer des recherches sur le net ou de cliquer sur votre profil pour en savoir plus.  

 

N’hésitez également pas à contacter les médias. Utilisez la page dédiée de votre site (ou créez un dossier de presse si vous n’en avez pas déjà un) pour indiquer les sujets sur lesquels vous pouvez intervenir. Les journalistes sont toujours à la recherche d’experts prêts à partager leurs connaissances, et le fait de disposer d’un site avec une page dédiée vous permettra d’attirer leur attention. 

 

Quelles sont les initiatives que vous avez prises récemment et qui gagneraient à être partagées ? Peut-être avez-vous adapté votre activité pour continuer à servir vos clients pendant le confinement, ou trouvé une idée originale pour soutenir votre communauté ? Il s’agit typiquement du genre de témoignages qui intéresse les médias. Donc n’hésitez pas à partager le vôtre avec un journal local, voire national. Les journalistes recherchent en permanence des sources d’information fiables, et sont généralement friands de nouvelles histoires à couvrir. Pourquoi pas la vôtre ?

4. Relayez les témoignages d’autres experts

En tant qu’expert dans votre domaine, vous connaissez les sources d’information les plus fiables. Même si, pour vous, « Tout le monde sait que La gazette des boulangers est bien meilleure que Boulangerie magazine »… en réalité, ce n’est sûrement pas le cas ! C’est pourquoi nous vous conseillons d’utiliser vos pages sur les réseaux sociaux ou votre site web pour faire connaître les ressources, études et données auxquelles les gens peuvent se fier.

 

Si vous n’avez pas envie de prendre vous-même la parole (oralement ou par écrit), vous pouvez malgré tout renvoyer vos lecteurs vers d’autres experts qui savent de quoi ils parlent.

5. Ne partagez pas à la légère

Il est plus facile qu’on ne le croit de propager, sans le savoir, de fausses informations.

Et nous devons tous contribuer à lutter contre la désinformation ! 

 

Pour cela, il faut avoir en tête quelques règles qui permettent d’identifier de fausses informations diffusées en ligne. Veillez toujours à lire l’intégralité d’un article, pas uniquement son titre. Vérifiez systématiquement la source de l’article afin de vous assurer qu’elle semble sérieuse. Demandez-vous si la personne qui fournit des informations n’essaye pas en même temps de vendre un produit. Le site Hoaxbuster est également une bonne source pour déterminer si une information est fiable ou non. Découvrez ci-dessous une liste de points à vérifier (en anglais) pour lutter contre la désinformation.

  • Méfiez-vous des titres entièrement en MAJUSCULES et des images clairement photoshopées.
  • Le site est rempli de bannières publicitaires et ouvre beaucoup de fenêtres pop-up ? C’est souvent le signe que l’article ne sert qu’à générer des clics (« clickbait »).
  • Vérifiez le nom de domaine ! Les faux sites (en anglais) ajoutent souvent l’extension « .co » à des noms de médias connus pour profiter de leur célébrité (par exemple : « abcnews.com.co »).
  • Si vous tombez sur un site que vous ne connaissez pas, consultez sa page « À propos ». Cherchez ensuite sur Google le nom du site avec le mot clé « fausses informations » ou « fake news ».
  • Si l’article contient des liens, ouvrez-les. S’il relate de fausses informations, il vous emmènera sûrement vers d’autres sites racontant des histoires encore moins plausibles. À l’inverse, si l’article ne contient aucun lien ni aucune source, cela devrait aussi vous mettre la puce à l’oreille.
  • L’histoire vous paraît peu vraisemblable ? Cherchez si des médias de confiance ont aussi publié des articles dessus.
  • Vérifiez la date de publication de l’article. Parfois, les réseaux sociaux font ressortir d’anciennes publications.
  • Ne vous contentez pas de lire uniquement le titre. Très souvent, le corps de l’article n’a rien à voir.
  • Les photos peuvent être mal datées et les personnes qui y figurent, mal identifiées. Faites une recherche d’image inversée avec TinyEye ou Google pour voir d’où proviennent vraiment les images.
  • Écoutez votre instinct. Si une histoire vous met en colère, c’est qu’elle est probablement faite pour cela.
  • Enfin, si vous n’êtes pas sûr de la véracité des informations, ne partagez pas l’article !

En mettant votre expertise au service des autres, vous rendrez évidemment service à la communauté. Mais cela pourra également bénéficier à votre carrière en vous constituant une bonne réputation auprès d’un public fidèle. Vous vous imposerez ainsi naturellement comme un expert honnête et fiable dans votre domaine. 

 

En prime, si votre magasin est actuellement fermé ou si vous n’avez pas beaucoup de travail, participer à ce type de conversation pourra vous remonter le moral. Cela vous permettra de ne pas perdre la main, d’aider d’autres personnes à résoudre leurs problèmes et de vous sentir utile. Après tout, comme le dit le proverbe : « À quelque chose malheur est bon » !

Écrire commentaire

Commentaires: 0