Télétravail : que faire quand vos enfants deviennent vos collègues ?

Comment travailler à domicile efficacement avec des enfants ?

Même hors période de crise, il est souvent difficile de trouver un équilibre entre son rôle de parent et son efficacité au travail. Cela dit, en temps normal, les parents peuvent au moins compter sur des horaires réguliers, pendant lesquels ils travaillent et leurs enfants sont à l’école ou à la crèche. 

En ces temps de confinement, cette structure a disparu et toute l’organisation doit être repensée. Et, comme souvent avec les problématiques liées à la parentalité, il n’y a pas de solution miracle ! Nous avons donc demandé à nos collègues confrontés à cette situation ce qui fonctionne chez eux. 

Voici les points qui sont ressortis de la plupart de leurs témoignages : 

  • Pour les jeunes enfants, « avoir du travail » n’est qu’un concept obscur : c’est donc à nous d’être flexibles.
  • En tant qu’adultes, nous comprenons la gravité et le caractère exceptionnel de la situation, ce qui n’est pas le cas des enfants (surtout les plus jeunes).
  • Nous devons accepter que nous ne pouvons (et ne pourrons) pas travailler aussi efficacement qu’en temps normal.
  • Il est malgré tout important d’avoir un plan de travail et de faire au mieux pour s’y tenir.
  • Pour le bien-être de nos enfants et le nôtre, il faut également s’écouter et ne pas hésiter à demande de l’aide.

Dans cet article, nous vous présentons huit stratégies que nos collègues appliquent pour travailler efficacement tout en s’occupant de leurs enfants :

  1. Planifier les réunions et décider à l’avance qui garde les enfants et qui travaille
  2. Se concentrer sur les tâches à accomplir, pas sur les heures de travail
  3. Faire participer les enfants autant que possible
  4. Organiser les journées en fonction des temps de repas et de sieste
  5. Trouver le lieu adapté pour travailler
  6. Demander de l’aide à ses proches, en particulier si l’on est parent célibataire
  7. Occuper ses enfants au maximum
  8. Voir le bon côté des choses

1. Planifiez vos réunions et décidez à l’avance qui garde les enfants et qui travaille

Tous les parents que nous avons interrogés ont la chance d’être en télétravail en même temps que leur conjoint. À tour de rôle, l’un des deux parents peut donc se concentrer sur son travail pendant que l’autre se charge de tâches nécessitant moins de concentration, tout en s’occupant des enfants.

Pour les parents célibataires en revanche, il peut devenir indispensable de demander de l’aide à des proches (nous en reparlerons plus bas). Si vous êtes en bons termes avec l’autre parent, l’idéal est de déterminer ensemble lequel d’entre vous est en meilleure position pour s’occuper des enfants dans les circonstances actuelles (évidemment, c’est bien plus facile à dire qu’à faire !). N’hésitez également pas à vous renseigner sur les aides financières dont vous pourriez bénéficier en ces temps difficiles.

En général, les parents qui ont la chance d’être deux s’organisent pour ne pas avoir de réunion en même temps. Cela peut sembler évident, mais ce n’est pas forcément si simple à mettre en place alors même que toute l’organisation professionnelle est chamboulée ! Si vous vous retrouvez malgré tout confronté à cette situation, pas de panique : informez votre client ou employeur de la situation. Nous vivons tous une période exceptionnelle, il y a donc fort à parier qu’ils se montreront compréhensifs et essaieront de trouver une solution.

L’un de nos collègues a également partagé une idée ingénieuse : adapter l’horloge de la maison pour les enfants qui ne savent pas lire l’heure. Grâce à un simple cadran supplémentaire illustré à la main, ces derniers n’ont qu’à observer la position de la petite aiguille pour savoir à quel parent ils peuvent s’adresser en cas de besoin. Le cadran leur donne également des idées d’activités et leur indique les prochains moments en famille.

Image fournie par Lars Kitzig
Légende : le rond bleu correspond à un parent, l’orange à l’autre. Il suffit que l’enfant regarde la petite aiguille (qui a été décorée avec des stickers) pour savoir à quel parent il peut s’adresser en cas de besoin (ici, c’est au tour du parent bleu).

Malgré tous leurs efforts, les parents se sont rapidement rendu compte qu’il ne fallait pas compter sur un planning trop strict. Si votre enfant veut vous montrer un dessin dont il est particulièrement fier ou vous demande qui sont ces personnes qui vous parlent à travers l’écran, n’hésitez pas à le laisser vous interrompre. Tout ce qui ressort de la situation à ses yeux, c’est que vous n’êtes pas disponible pour lui. Mais, si vous faites quelques concessions, il sera probablement moins frustré et vous sollicitera moins.

2. Concentrez-vous sur les tâches à accomplir, pas sur vos heures de travail

Vous pensez pouvoir travailler deux heures de suite avec votre enfant qui joue à côté de vous ? Sur le papier, ça pourrait marcher, mais dans les faits…

En pratique, nous vous conseillons de vous concentrer sur les tâches à accomplir plutôt que sur le nombre d’heures de travail. Essayez de définir un planning ou une liste de tâches par ordre de priorité, et de travailler sur les tâches les plus importantes lorsque vous pouvez vous concentrer. N’hésitez pas (en particulier si vos tâches et priorités ont tendance à évoluer rapidement) à utiliser des applications telles que Trello ou Asana, qui vous permettront de suivre facilement vos tâches en cours et vos deadlines.

Si vos enfants n’arrêtent pas de vous interrompre, pourquoi ne pas tester la technique pomodoro, qui consiste à travailler sur une tâche concise et clairement définie pendant 25 minutes, puis à prendre une courte pause. Cette approche peut vous permettre de gérer les multiples sollicitations de vos enfants. En leur accordant votre attention plus régulièrement, ils seront moins enclins à vous interrompre. Toute la famille pourra ainsi trouver un rythme qui convienne à chacun. 

Bien sûr, il ne faut pas espérer être tranquille pendant plusieurs heures pour autant ! Mais, si vous avez établi une liste précise et concise de tâches, cette méthode devrait vous permettre d’en rayer plusieurs à la fin de la journée, ce qui vous aidera à vous sentir productif.

3. Faites participer vos enfants autant que possible

Pour vos enfants, la situation est déconcertante : vous êtes là toute la journée, mais vous n’avez pas de temps à leur accorder. Ce qu’ils veulent par-dessus tout, c’est votre attention, et ils ne comprennent pas pourquoi vous n’êtes pas plus disponible pour eux. Plusieurs collègues nous ont expliqué que, pour faire face à cette situation, ils essaient autant que possible d’inclure les enfants dans les tâches ménagères quotidiennes. 

Bien sûr, avoir un enfant qui vous « aide » peut vous ralentir dans vos tâches (qu’il s’agisse de faire le repas ou le ménage, ou de laver la vaisselle). Mais cela vous permettra de passer du temps avec lui. Donc n’hésitez plus : laissez-le mettre les vêtements dans la machine à laver ou rassembler les chaussettes par paires avant d’étendre le linge, et profitez-en pour parler avec lui de ce qui leur tient à cœur. Cela pourrait même rendre ces corvées plus agréables !

4. Organisez vos journées en fonction des temps de repas et de sieste

Nous sommes amenés à passer beaucoup de temps en famille. Il est donc important d’éviter toute situation qui pourrait provoquer des frustrations. Et nous savons tous à quel point il est compliqué de gérer des enfants qui ont faim ! L’une de nos collègues nous a expliqué qu’elle et son conjoint prévoient à l’avance le menu de la semaine, ce qui leur permet de réduire le temps passé à faire les courses et, surtout, de toujours savoir quoi cuisiner. Ainsi, ils gagnent du temps et évitent bien des tensions au moment des repas.

 

Les repas en famille constituent une pause naturelle qui permet aux parents de déconnecter du travail et de ne plus être « celui ou celle qu’il ne faut pas déranger ». C’est d’ailleurs la même chose avec vos collègues : ils savent qu’il ne faut pas prévoir de réunion pendant les heures de repas. 

 

Et, pour les chanceux dont les enfants font encore la sieste, cela peut être l’occasion de travailler efficacement et dans le calme. Entre les moments de jeu et les réunions, les siestes sont l’un des seuls moments de la journée où le silence règne dans la maison. 

Autre astuce : certains enfants peuvent réclamer à manger en dehors des repas, alors que vous aimeriez vous concentrer. Donnez-leur la possibilité de se servir : posez des fruits ou autre en-cas sain à un endroit accessible, et expliquez à vos enfants qu’ils peuvent se servir sans avoir à vous demander la permission. Leur estomac vous en remerciera, et cela vous évitera bon nombre d’interruptions ! 

5. Trouvez le lieu adapté pour travailler

Certains parents partagent leur bureau : le parent qui travaille s’isole et ne sort que lorsque sa session de travail est terminée. Mais dans les faits, si l’autre parent veut pouvoir travailler, il est nécessaire que les enfants soient un minimum autonomes pour pouvoir appliquer cette solution. 

 

D’autres parents préfèrent rester à proximité de leurs enfants afin que ceux-ci ne se sentent pas abandonnés. Ils s’assurent d’être visibles, tout en montrant qu’ils sont occupés à travailler. Pour certains enfants, le fait de voir leurs parents satisfait leur curiosité, et leur air concentré les décourage de venir les interrompre.

 

Si vos enfants ne sont pas trop petits, vous pouvez leur expliquer à l’avance que vous devez vous concentrer sur une tâche ou un appel important, en insistant sur le fait qu’ils ne doivent pas vous interrompre tant que vous n’avez pas terminé. Indiquez-leur précisément à quelle heure votre réunion commence et se termine, et veillez à leur demander s’ils ont besoin de quelque chose avant le début de la réunion. Pour les enfants plus jeunes, vous pouvez essayer de programmer un minuteur ou une alarme qui leur signalera quand vous serez à nouveau disponible. Une fois la réunion terminée, pensez bien à aller les voir pour passer un moment avec eux. Surtout s’ils ont bien respecté les règles !

6. Demandez de l’aide à vos proches, en particulier si vous êtes parent célibataire

S’il faut actuellement éviter tout contact entre les enfants et leurs grands-parents, ces derniers peuvent malgré tout vous apporter leur aide, tout comme des camarades de classe ou les enfants de vos voisins. Organisez des appels vidéo avec eux afin de permettre à vos enfants de garder des relations sociales en ces temps difficiles. En outre, pour les enfants plus âgés, le fait de savoir qu’ils ne sont pas seuls dans cette situation peut leur permettre de se sentir moins seuls.

 

Les grands-parents peuvent aider, à distance, en leur faisant faire quelques devoirs, en leur lisant des histoires ou en leur demandant de leur faire un dessin. Des talkies-walkies, un ordinateur (ou une tablette ou un téléphone), voire de simples boîtes de conserve reliées par un fil peuvent permettre à vos enfants de contacter ceux des voisins. Ou pourquoi ne pas leur apprendre quelques notions de langue des signes ou de morse afin qu’ils communiquent par la fenêtre quand cela est possible. 

 

Bref : n’hésitez pas à demander de l’aide. Même si vous venez d’emménager ou ne connaissez pas bien vos voisins, la solidarité est de mise en ces temps de crise ! La plupart de vos voisins seront probablement ravis de vous déposer des courses, et vos amis d’appeler vos enfants pour les distraire pendant que vous travaillez. Pour les parents célibataires, si vous êtes en bons termes avec l’autre parent, assurez-vous d’organiser des appels vidéo régulièrement : il manque probablement à vos enfants, et cela vous permettra de souffler un peu.

7. Occupez vos enfants au maximum

Les parents qui ont la chance d’avoir un jardin s’estiment tous très chanceux car cela permet à leurs enfants de sortir et de se défouler. Si ce n’est malheureusement pas votre cas, essayez malgré tout de faire de l’exercice en famille. Bon nombre de coachs et de sportifs célèbres proposent des cours de sport en ligne, notamment pour les enfants, sur des plateformes telles que Facebook ou Youtube. En général, ces cours se déroulent tous les jours à la même heure. Autre idée originale : utiliser vos enfants comme des poids lors de vos séances de fitness. Moment de rigolade assuré, tout en gardant la forme (mais attention : nous vous déconseillons cette activité si vous avez un ado d’1 m 80 !)

 

L’un de nos collègues nous a, de son côté, expliqué que sa partenaire, enseignante en temps normal, profite de son congé parental pour faire l’école à la maison aux plus âgés de leurs enfants. Ceux-ci apprécient d’ailleurs beaucoup l’expérience, et ont déclaré ne plus vouloir retourner à l’école !

 

Bien sûr, vous allez devoir redoubler d’inventivité pour trouver des occupations à vos enfants. Cela ne les empêchera pas de s’ennuyer, mais ils vous solliciteront moins si vous leur trouvez des choses à faire. De l’aveu de nombreux parents, les écrans restent l’un des meilleurs moyens d’occuper les enfants (avec modération bien sûr !), qu’il s’agisse de regarder des applications pédagogiques ou des vidéos sur YouTube. 

 

De nombreuses écoles se sont désormais adaptées en envoyant des programmes hebdomadaires, et certains enseignants ont même commencé à donner des cours à distance. Si vous recherchez malgré tout des activités pour les enfants plus jeunes ou pour occuper vos enfants une fois leurs devoirs terminés, les listes d’activités collaboratives en ligne, compilées par des parents ingénieux, ne manquent pas ! 

8. Voyez le bon côté des choses

Certains de nos collègues venaient tout juste de retourner au travail après un congé maternité ou parental lorsque la crise a commencé. En travaillant à la maison, ils peuvent à nouveau voir leurs enfants grandir, ce qui n’aurait pas été le cas s’ils avaient passé leurs journées au travail. Dans cette perspective, le télétravail est une bonne chose.

 

Ce n’est pas souvent qu’on peut câliner ses enfants tout en étant au travail, alors autant en profiter ! 

 

Et, si vous avez besoin de vous détendre, n’hésitez pas à aller lire ce fil de conversation sur Twitter, qui rassemble de nombreux témoignages (en anglais) de parents qui doivent composer avec ces nouveaux « collègues » !